Musique ? Oui | Non

.::Quatrième galet::.
Chagrin d'amour

Le cadeau parfait

A toi avec qui je partage ma vie

Prière d'une secrétaire

Les deux anges

A l'aube de demain

Gardez votre fourchette !

Ceux qui gagnent

Si...

Si... (2ème version)

L'enfance d'avant

Texte de Bouddha

Desiderata

Brêve histoire de l'évolution

Manifeste masculin

La grenouille et le cheval

Conseils d'enfants

La maladie d'amour

Réflexion africaine

Les oiseaux-larmes

Les framboises

Les bons moments de la vie

La maladie du bonheur

La folie joue à cache-cache

Hier, aujourd'hui et demain

Une vie éternelle

Un homme et son chien

L'aigle de basse-cour

Renseignement, SVP !

La poupée et la rose blanche

 

 

La maladie du Bonheur

 
 

Attention ! Une épidémie mondiale est en train de se propager à une allure vertigineuse

 
 

Voici les symptômes de cette maladie :

 

Tendance à se laisser guider par son intuition personnelle plutôt que d’agir sous la pression des peurs, idées reçues et conditionnements du passé.

Manque total d’intérêt pour juger les autres, se juger soi-même et s’intéresser à tout ce qui engendre des conflits.

Perte complète de la capacité de se faire du souci (cela représente l’un des symptômes les plus graves).

Plaisir constant d’apprécier les choses et les êtres tels qu’ils sont, ce qui entraîne une disparition de l’habitude de vouloir changer les autres.

Désir intense de se transformer soi-même pour développer ses potentiels de santé, créativité et d’amour.

Attaques répétées de sourire, ce sourire qui dit "merci" et donne un sentiment d’unité et d’harmonie avec tout ce qui vit.

Ouverture sans cesse croissante à l’esprit d’enfance, à la simplicité, au rire et à la gaieté.

Si vous voulez continuer à vivre dans la peur, les conflits, la maladie et le conformisme, évitez tout contact avec des personnes présentant ces symptômes.

Cette maladie est extrêmement contagieuse. Si vous présentez déjà des symptômes, sachez que votre état est probablement irréversible. Les traitements médicaux chimiques peuvent faire disparaître momentanément quelques symptômes, mais ne peuvent s’opposer à la progression inéluctable du mal.

Aucun vaccin anti-bonheur n’existe.

Comme cette maladie du bonheur provoque une perte totale de la peur de mourir qui est le pilier central des croyances de la société matérialiste moderne, des troubles sociaux graves risquent de se produire, tels que grèves de l’esprit belliqueux, rassemblements de gens heureux pour chanter, danser et célébrer la vie, cercles de partage et de guérison, crises collectives de fou-rire.

Dr Christian Tal Schaller