Musique ? Oui | Non

.::Quatrième galet::.
Chagrin d'amour

Le cadeau parfait

A toi avec qui je partage ma vie

Prière d'une secrétaire

Les deux anges

A l'aube de demain

Gardez votre fourchette !

Ceux qui gagnent

Si...

Si... (2ème version)

L'enfance d'avant

Texte de Bouddha

Desiderata

Brêve histoire de l'évolution

Manifeste masculin

La grenouille et le cheval

Conseils d'enfants

La maladie d'amour

Réflexion africaine

Les oiseaux-larmes

Les framboises

Les bons moments de la vie

La maladie du bonheur

La folie joue à cache-cache

Hier, aujourd'hui et demain

Une vie éternelle

Un homme et son chien

L'aigle de basse-cour

Renseignement, SVP !

La poupée et la rose blanche

 

 

A toi avec qui je partage ma vie

 
 

Je te prie de comprendre que je traverse une période difficile.

 
 

Je n'aime pas t'imposer ma maladie.

 

Je sais que tu es affecté par tous les changements que je subis et je souhaiterais que la situation soit différente.

Je ne veux pas être malade, je me sens coupable de ne pas assumer mes anciennes tâches au travail comme à la maison, te laissant réparer les pots cassés.

Je voudrais pouvoir en faire davantage, prévoir ma capacité de chaque jour mais ce n'est pas le cas.

Quelquefois, je ne peux tout simplement pas et parfois j'aurais tort d'utiliser toute mon énergie pour une tâche secondaire en négligeant quelque chose de plus important.

À certains moments mes émotions prennent le dessus et je deviens irritable sans raison apparente.

Ces changements d'humeur font aussi partie de ma maladie.

J'essaie de les contrôler mais j'ai besoin de compréhension.

Ne va surtout pas penser que tu y es pour quelque chose.

Écoute veux-tu? Surtout ne me dit pas comment je dois ou ne dois pas me sentir.

Ne me juge pas, accepte simplement.

Je sais que je me plains beaucoup, c'est un moyen, vois-tu, de soulager ma douleur.

Si mes plaintes t'étouffent et si tu ne peux plus les endurer, dit-le moi gentiment.

Je l'accepterai et comprendrai ton besoin de t'éloigner.

Je sais que tu ne comprends pas ma maladie. Moi non plus.

Il ne faut surtout pas que tu renonces à tes activités pour moi.

Continue de faire les choses qui te sont importantes.

Je ne serai pas toujours capable de te suivre alors ne t'en prive pas.

J'apprécie tes invitations et j'espère que tu comprends que si je refuse, ce n'est pas parce que je ne VEUX pas mais parce que je ne PEUX pas.

Je sais que je ne suis plus la personne que tu as connue.

J'essai d'apprendre à vivre avec cette maladie et tu peux m'aider.

On ne peut pas prétendre vivre la même situation qu'avant.

Ce ne sera jamais plus comme avant.

Certains moments sont difficiles, mais ensemble, je sais que nous pourrons nous en sortir.

Je sais que par moment je ne suis pas facile à vivre mais ça t'arrive à toi aussi tu sais.

Alors soyons indulgents l'un envers l'autre et ce sera moins difficile de continuer à vivre.

Auteur inconnu